Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi mon enfant fait-il tant de crises de colère ? Que faire ? Autant de questions que se posent les parents d’enfants coléreux ou d’enfants difficiles. Des questions dont les réponses permettront à ces parents  de trouver les voies et moyens pour prévenir et faire face aux crises de colère de leur enfant.

Les crises de colère dès ses premiers pas

Il est important de savoir qu’avoir un enfant qui frappe, qui crie, qui fait des crises de colère à un certain âge est bon signe. C’est la preuve qu’il traverse un cycle de développement sain et normal. L’apparition de ces crises est certes salutaire pour l’évolution normale du bambin, mais elles sont difficiles à gérer pour de nombreux parents.

Heureusement, il existe plusieurs moyens de juguler ces crises soudaines de colères. Avant d’explorer les diverses méthodes de répression possible, il convient de déterminer les causes de ces accès de colère.

crises de colère

crises de colère

© Verzh-Fotolia

Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi mon enfant fait-il tant de crises de colère ?

La croissance psychologique des enfants se fait en plusieurs phases.

À un certain âge, ils atteignent la phase critique d’opposition. Durant cette période, l’enfant ressent intensément le besoin de s’affirmer, s’autogérer, mais également beaucoup de frustration, car son environnement ne l’aide pas à satisfaire ses envies.

Généralement, il se heurte à l’opposition des parents qui dans le souci de le protéger ne se rendent pas compte qu’ils font obstacle à sa nouvelle vision des choses. Spontanément, il se sert alors de la seule arme dont il dispose pour se faire entendre à savoir les crises de colère.

Étant donné qu’il ne peut pas encore parler correctement, la crise de colère est le moyen qu’utilise l’enfant pour contraindre ses parents à céder à ses désirs.

Il s’en sert aussi pour tester le degré de fermeté de ses parents. S’il remarque que ses crises lui permettent toujours d’avoir satisfaction, il s’en servira chaque fois qu’il le faudra pour satisfaire ses caprices.

Il utilisera également le langage de la colère pour faire passer un message. Ce message peut être celui d’un mal-être du fait d’une maladie, de la frustration, de la peur ou de la faim.

S’il se sent mis à l’écart, il exprimera également son besoin d’attention et d’affection par des crises de colère.

Que faire pour gérer les crises de colère de votre enfant ?

Pour gérer ces situations, il y a des comportements  à adopter face aux enfants coléreux, et ce, quelle que soit la raison de leur colère.

La première chose à faire est de jouer la carte de l’apaisement et de temporiser l’enfant. Cela peut se faire en essayant de lui parler et de le laisser s’exprimer oralement. Si la tentative de discussion échoue du fait de son grand degré d’énervement,  laissez le extérioriser et déverser toute sa colère. Dans ce cas, isolez le en ne vous éloignant pas trop de lui, mais en le laissant pleurer.

Le fait d’ignorer son comportement le rendra certes plus furieux, mais le fera réfléchir.

Dès qu’il aura vidé toute sa colère, vous pourrez vous rapprocher de lui et le couvrir de tendresse en le câlinant. Cela va le rassurer et lui donner la sensation que vous tenez beaucoup à lui. Vous pourrez ensuite discuter avec lui sur les raisons de ses crises et le laisser s’exprimer oralement.

Il est aussi important de combiner patience et fermeté. Il ne faut jamais céder dès qu’il fait une crise de colère quelle que soit la violence de cette dernière. Qu’il s’agisse d’un enfant qui frappe ou qui casse tout, il est important de rester ferme sinon il aura la conviction que ses crises sont un moyen infaillible pour obtenir ce qu’il désire. La fermeté ne doit néanmoins pas agir sur l’affection que vous lui portez. Vous devez toujours être affectueux envers lui quelle que soit la situation, c’est primordial. Soyez ferme, mais tolérant.

La patience et le contrôle de soi seront un bel exemple que vous lui donnerez.

Si les crises de colère de votre enfant sont récurrentes et incontrôlables, parlez en à son pédiatre ou à un psychologue.

4 réponses à Comment gérer un enfant qui fait des crises de colère

  • Mpedia dit :

    Très bon article. Ca fait du bien de lire ce genre de conseils, dans des cas où certains parents sont désemparés.

    On peut aussi rajouter dans les causes, qui génèrent des attitudes colériques chez un enfant, les frustrations, incertitudes, inquiétudes que l’enfant ressent face à une situation familiale complexe (il y en a tant et les enfants sont très sensibles à ce genre de choses) mais aussi face à des parents qui peuvent aussi se montrer colériques (il peut alors intégrer la colère comme un modèle).

  • Les crises de colères sont souvent difficiles à gérer. S’occuper d’un enfant demande beaucoup d’énergie et ce type de « crise » est parfois trop difficile à gérer pour les parents et peut les entraîner à adopter le mauvais comportement. Votre article est donc très pertinent car il permet de comprendre l’origine de la crise et l’attitude à avoir pour la contrôler. Merci pour ce partage !

  • Ludivine dit :

    Super article ! Mon enfant est souvent perturbé du coup je lis énormement d’article de ce type. Ils est parfois très difficle de gérer ce genre de crises de colère. Les psychologues pour enfants peuvent nous aider à controler ce genre crise. Moi meme passioné de psychologie j’ai essayé beaucoup de chose, mais il est vrai que la patuence et le controle de soi comme dis cet article est souvent le meilleur exemple à donner à son enfant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse

Cliquez sur l'image

Cliquez sur l'image

Le coin des commentaires récents

  • Mary J.: Oui bien sûr 🙂 »»»»
  • Doris: Très belle histoire remplie de sagesse, en effet. Permettez que je la partage sur les réseaux sociaux »»»»
  • Sybella: Billet à lire et à relire lorsqu’on se dit avoir touché le fond. Un joue ou l’autre, tout le... »»»»
  • Melly: Un sujet qui m’intéresse énormément car souvent stressée, surtout au boulot, j’en subis les... »»»»